Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Di Lauro (6947 Vaglio) 12m2, ECS& appoint chauffage, distribution évoluée, poêle hydro, ventilation low-tech Sebasol, rénovation Minergie_P



Encore un projet qui va faire date. Un bâtiment isolé rénové Minergie-P hors route au Tessin. Installation solaire thermique low-tech et pourtant top niveau question dimensionnement et conception, de 12m2 complète avec stockage qualité Suisse fabriqué en Suisse, stratification deux niveaux active et support pour 9'999.- TTC En réalité c’est moins mais on adore donner des coûts plus élevés, et ainsi on travaille qu’avec des ceux qui sont intéressés par l’autoconstruction, qui savent qu’ils atteindront un coût final inférieur à celui annoncé (lire www.sebasol.info/public/contrat.pdf pour comprendre). Ici en plus on se moque de la pratique publicitaire ridicule qui consistes à enlever un franc pour pas atteindre la base 10 suivante pour allécher le chaland. Ventilation double double-flux avec récupération de chaleur low-tech pour 2’999.- TTC même topo :-). Le tout en autoconstruction. Distribution évoluée avec piquage préférentiel de l'énergie solaire, sonde d'ambiance en plus de la sonde extérieure, ET poêle à bûches hydro en clef-en-main pour 14'999.95.- TTC (... :-), y compris l'amenée du poêle sur 200m de dénivelée de terrain, en slow-tech mais intelligence humaine, et sans chier du CO2 avec l'hélicoptère (l'action en images ci-dessous). Aucun installateur local n’a eu les couilles de le faire. Il a fallu que des artisans agréés Sebasol se bougent depuis le Valais. Ce qui a été parfait car ces jours ont été merveilleux. Merci à tous les installateurs trop paresseux ou avides du Tessin de nous laisser tous ces boulots pas rentables pour leurs intermédiaires ou leurs actionnaires. Restez comme vous êtes ça nous va bien comme ça.

Il est fort possible que le poêle hydraulique serve pas à grand chose, car les simulations donnent pour l'instant un taux de couverture solaire thermique des besoins de 90+ %, or on sait que grâce au HOPF les autoconstructeurs adorent exploser les simulations :-) D'ici quelques années, s'il ne sert vraiment pas, l'autoconstructeur pourrait le revendre. Mais probablement il ne le fera pas, parce qu'il s'y sera attaché. D'une part parce qu'il a été choisi aussi pour des critères esthétique d'un commun accord dans le couple. D'autre part parce qu'il fait l'eau chaude sanitaire aussi. Enfin parce qu'il constitue un système d'appoint de sécurité. Une autre manière de dire qu'il n'y a pas que la valeur d'échange dans la vie. Enfin, comme il ne l'utilisera presque pas, sa durée de vie sera s'il le bichonne, allez, de l'ordre de quelques siècles, ce qui ne fera pas cher l'investissement à l'année et causera le désespoir de générations de vendeurs de chaudières et d'économistes adorateurs du PIB. Est-il en outre utile de dire qu'au niveau de qualité de cet objet, et au niveau ridicule de ce qu'il va consommer, c'est complètement crétin de le remplacer par un bidule de la Nouveauté qui Innove le Progrès qui gagnera, sur le papier et au prix d'une inféodation folle au service après vente et à l'obsolescence, des enculées de mouches de pourcent ?

Tous les circulateurs font quelques W à peine, en prévision de la seconde étape qui concerne l'électricité (cf. plus loin).

On ne va pas dire quel est le coût net du système. Tout au plus vous pouvez appliquer les subventions 2017. Mâchons-vous le travail : solaire thermique, bois, minergie-P, et vous allez sur le site du programme bâtiment pour voir combien ça peut faire, au Tessin, et dans votre canton. Et vous n'oubliez pas qu'il y a à déduire des moins-values pour des infrastructures nécessaires qu'il aurait fallu de toute façon se payer (comme par exemple l'eau chaude...), et aussi de la remise d'impôt vu que c'est de la rénovation. Si vous êtes partant pour faire le calcul alors oui, votre résultat est juste : vous ne rêvez pas. Et si vous êtes trop fatigués pour le faire et bien : tout de bon pour vous.

A présent, on se penche pour flinguer la connexion au réseau électrique. Ce qui veut dire abonnements, taxes etc. Y compris sur les énergies fossiles que ces gens... ne consommeront pas. Ce qui n'est donc que justice. Et avec si possible 1 kWc de PV, pas 15. Ce qui ne sera que la cerise sur le gâteau : le gâteau, comme vous venez de le lire, il est déjà là. Pas demain grâce au Saint Progrès qui viendra le Grand Soir. Mais déjà. Fou ça. Que fait l'EPFL, au prix où on le citoyen la paie ?


Galerie

Commençons pour la bonne bouche. Premier jet de simulation (ca veut dire que pas tout n'est encore optimisé : diamètres de tubes, isolations etc). Température de consigne fixe à 20°C comme pour un système de chauffage automatique et consommation ECS selon Minergie-P (50 MJ/m2 SRE pour les intimes). Donc pas de HOPF (Humain à Optimisation Par Flemme, copyright Sebasol), ni de prévisionnel, ni de stratégies de décroissance.

Couverture des besoins par le solaire thermique 87%, nombre de mois où le poêle est OFF : 8, bois restant : 275 kgs
_________________________________________________________________________________
 1
Idem mais avec stratégies HOPF et l'usage prévisionnel de l'installation solaire qui les autoconstructeurs apprennent aux cours, ce qui leur permet de flinguer toute la domotique à coût zéro avec la page météo des journaux. Même gratuits à ramasser par terre dans la rue et que vous payez avec votre consommation à chaque fois que vous acheter quelque chose, ce qui donne enfin une vague utilité à ces feuilles de chou (mais ça ne compense quand même pas les arbres qu'ils détruisent et l'engorgement du cerveau qu'ils occasionnent). Et de décroissance, en particulier sur l'ECS Soit ici un amphiro pour -23%. Pourquoi -23 % ? Parce qu'ils sont l'économie attestée par une étude sur un échantillon statistique important cf. https://www.amphiro.com/wp-content/uploads/2016/05/Amphiro_PWN_FinalReport_MainPart_2016_04_28_web.pdf. Cela ne va pas correspondre au comportement des usagers, qui ne sont pas des moyennes statistiques. Mais autant prendre ces 23% qui sortent de quelque part que de les inventer. Après tout, ca ne fait qu'1/4 de consommation en moins. Et ça nous met à l'abri contre la mauvaise foi du genre 'c'est pas possible, c'est pour les Martiens (où de pauvres 'sauvages' dans le dit tiers-monde). Mais aussi contre les questions du genre 'oui mais pourquoi pas 15 ou 30 ou bien l'âge du capitaine, pouvez-vous me faire une simulation avec X ? Et pouvez-vous me dire comment après 10 ans d'efforts vous réussissez à prendre en compte le comportement, que je vous pille et me fasse briller dans ma thèse ou mon entreprise avec votre travail ?'.

Dans cette simulation pas tout n'est optimisé non plus mais au vu des résultats, on peut se demander si c'est encore utile :-)

Car : couverture des besoins par le solaire thermique 97%, nombre de mois où le poêle est OFF : 11, bois restant (feuillu) : 51 kgs. Cinquantes kilos. Soit 200 kWh. Soit 20 litres de mazout équivalent. Vingt litres. Un estagnon. Percuté ? Evidemment, c'est pour l'instant de la théorie. Il y a de nombreux paramètres en jeu, dont
- les performances réelles du bâtiment (car il y a une différence entre la simulation SIA 380/1 de celui-ci et la réalisation par les corps de métiers, qui va de l'excellent au médiocre, le plus souvent c'est le second cas. Mais les normes SIA le prévoient... en prenant des marges :-).
- la météo et la ressource radiative réelle de l'année, les simulations se basant sur des données statistiques lissées sur plusieurs années.
- et bien sur le comportement réel des occupants. Par exemple s'ils réussissent à flinguer le réseau électrique, cela sera parce qu'ils auront réussi à consommer très peu d'électricité, ce qui veut dire que tous les besoins en chaleur domestiques (lave-linge, lave-vaisselle, cuisson etc.) auront été au maximum décrus ou reporté sur la chaleur et donc que les besoins thermiques augmenteront par rapport à un bâtiment classique équipé avec la stupidité coutumière de faire plein de chaleur avec de l'électricité. Ce qui veut dire que le taux de couverture solaire des besoins baissera et qu'il faudra brûler plus de bois. Mais c'est BIEN au vu du poids énorme de l'électricité directe réseau en bilan FEPnR ou eco-points selon la méthode de rareté écologique cf. http://www.sebasol.info/public/wenzel-2017-solar_system_Minergie%20fran%C3%A7ais.pdf.

L'usage dira ce qu'il en est. Comme pour le bâtiment de la famille Jaquier http://www.sebasol.ch/archives/2015/Dossier%20de%20Presse%20David%20Jaquier%2011.05.15.pdf le bois sera pesé sur plusieurs années, ce qui blindera les résultats. Et au vu de ce que d'autres autoconstructeurs réalisent, dont justement la famille Jaquier est un exemple, on a pas trop peur :-)

Et voilà, sur ce le cours gratuit d'autonomie domestique pour envoyer bouler les monopoles sur l'accès est terminé, merci de votre attention, et si vous tenez à nous remercier de ce condensé qui vaut cinquante thèses merci d'avance les fleurs c'est toujours sympa, et passons au terrain
_______________________________________________________________________________
 2
Quelques images de l'état du bâtiment avant les travaux. Il s'agissait d'une ruine des années 70. Le genre cube moderniste en béton des 30 Funestes, dans lequel on se les pèle en hiver et se les cuit en été, mais à l'époque c'était on dirait de nos jours 'smart'. Ce qu'il y a de bien avec ces nullités, c'est qu'elles sont tellement nulles justement, que ce n'est pas difficile de les améliorer...

Ici on voit les mesures de l'autoconstructeur pour l'emplacement du champ solaire.
 5
Ici pareil
 10
Idem dans le futur local de chaufferie
 15
Dito
 20
Dito, avec un chablon pour assurer l'introduction de l'accumulateur combiné
 25
Dito
 30
Dito
 35
Quelques images de l'amenée du poêle hydraulique sur place. Sur cette image Michel et Alain, les installateurs. Sous le poêle, le merveilleux chariot à transporter tout et passer partout de Joseph Jenni. On ne parlera jamais assez de cette merveille de conception mécanique, qui permet par exemple à un enfant de 14 ans pivoter une cuve de 4000L et presque une tonne de 180° sans bouger de sur place, et sans un pet d'électricité. On sait de quoi on parle : dans le camp didactique solaire de Pré-Pariset, des jeunes filles de 15 ans ont ainsi descendu deux chauffe-eau émaillés de 1000L sur quasi 100m de couloirs. Les installateurs sanitaires en étaient sur le cul.
 95
Mise en place pour la descente
 100
Dito
 101
Et la descente, ça ressemblait à cela au début...
 101
... ou encore à cela un peu plus loin...
 102
... et cela sur 200m de pente. A gauche, l'autoconstructeur qui donne un coup de main.
 103
Un peu plus bas. Il y avait des passages en terre, des talus, des escaliers etc. mais le chariot magique de Jenni se fiche de tout ça.
 106
Un peu plus bas, une transversale
 108
Dito
 110
L'autoconstructeur
 112
Il faisait chaud ce jour là, on était en juin. Ca n'empêche pas le sourire.
 115
Arrivée sur les lieux, la dernière étape a consisté à faire passer directement le poêle dans le salon avec le bras en question. Image prise donc depuis l'intérieur.
 120
Vue lointaine du bâtiment, avec le champ de 12m2. Rappel : il n'y a pas de route. C'est pas si rare au Tessin, canton où encore nombre de bâtiments sont en ilôt dans des endroits préservés parce qu'il n'y a pas de route, justement.
 150
Vue rapprochée. Champ à 60° de pente, idéal pour l'appoint chauffage
 155

 160

 165

 170

 175
Système d'ancrage sebasolien
 185

 195
Idem au sol. Le triangle fait contreventement avant-arrière. Manque un contreventement latéral, qui sera fait plus tard.
 200

 205
Profil sorti, goutte tombante, même si c'est beaucoup moins important ici vu la pente.
 210
Sortie des lignes, protégées par un canplast. Celui-ci doit encore être protégé des UVs. Cela sera fait soit en mettant de la terre dessus, ou un caissons dessus. L'autoconstructeur a aussi le projet de fermer l'espace derrière le champ et de faire un petit sauna à l'énergie solaire. En ce cas le canplast sera protégé des UVs aussi, mais il sera quand même caché pour d'évidentes raisons esthétiques.
 215
Vue de l'accumulateur combiné en cave. Les ligne ne sont pas celles du solaire, mais de la distribution chauffage évoluée (à gauche) et de la charge poêle (à droite), qui viennent d'être soudées par une température moyenne de 28°C.
 250
Piquages de la charge poêle, avec les siphons. Dans le fond, le solaire, fait par l'autoconstructeur.
 255
Qu'on voit un peu mieux ici
 260
Vanne 3-voies de stratification active deux niveaux pour priorité à l'eau chaude sanitaire.
 261
Mitigeur, avec vanne d'isolation pour changement/détartrage rapide, une pratique typique de l'autoconstruction. Il faut tourner les vannes 1 fois par an pour éviter qu'elles s'entartrent. Ensuite si un jour le mitigeur est défectueux, il se change en 5 minutes, détruisant ainsi une intervention d'au minimum 500.- et autant donc de PIB. Il est à noter qu'en l'absence de vannes l'autoconstructeur pourrait aussi vidanger et changer aux vis de rappel, ce qui prendrait un peu plus de temps, mais à peine.
 265
Sortie ECS haut, avec siphon. Juste deesous la purge en entrée échangeur haut solaire.
 270
Température en haut du chauffe-eau ce jour-là. Il faut souligner qu'en juin, vu la hauteur du soleil sur ce champ de forte pente, les températures ont tendance à être moins élevée dans l'accumulateur que par exemple en mars-avril.
 275
Soupape de sécurité sortie accu.
 280
Groupe solaire avec au-dessus la régulation
 285
Arrivée des lignes depuis le champ sur le groupe solaire.
 295
Un petit recoin exprès pour les vases d'expansions. Solaire dessus, accumulateur combiné dessous.
 300
Mano sur la ligne au vase d'expansion de l'accumulateur combiné. A droit la régulation de la distribution chauffage.
 305
Pression dans l'accumulateur combiné ce jour-là.
 310
Changement de décor. Ici c'est le système de ventilation low-tech, fait en autoconstruction aussi. Il fallait un système de ventilation contrôlée pour obtenir les subventions minergie. Qui dans ce cas excèdent de loin le coût du système en question. Qui d'ailleurs peut-être mis HS par l'habitant. Ces petites machines n'ont pas encore de puces RFID espion espion en elle. Sinon il faudrait traiter cette nuisance liberticide. Il y a des méthodes.
 350
Ce sont des machines que Sebasol apprend à modifier, pour une distribution décentralisée.
 355
Une autre machine. Il y en avait deux, pour être en accord avec les exigences du label Minergie. Mais l'une d'elle est à peu près inutile. Et les deux sont inutiles peut-être 9 mois par an. Ca veut dire qu'on peut espérer une longue durée de vie.
 360
Un des coffrets de distribution chauffage. Les radiateurs sont coulés dans la masse des murs. Ce sont des murs chauffants. Il y a des vannes thermostatiques.
 400
Changement de décor. Le poêle. Oui celui-là même que vous avez vu descendre sur 200m de pente.
 450
Ici c'est vu de dessous, le tube d'amenée d'air, qui prend l'air à l'extérieur et non dans la pièce (ce qui serait idiot : on mettrait le bâtiment en dépression). Les deux tubes isolés sont l'aller-retour de charge, et les deux pas isolés sont le système de sécurité du poêle.
 455
Le premier feu.

C'est un moment magique, un achèvement, autant pour l'installateur que pour l'autoconstructeur ou l'habitant. Alors il faut le faire le soir, ensemble, devant un bon repas et de bonnes bouteilles. Ca fait partie des joies de la vie d'installateur passéiste has-been no-smart en solaire thermique et bois. Ne le dites à personne, mais il parait qu'il y en a qui préfèrent se faire accélérer dans le high-tech qui, c'est bien connu, est si efficace qu'il doit s'installer de plus en plus vite pour la plus grande avidité des actionnaires. Au point que ceux-ci, pour certains travaux que nous ne citerons pas, pourraient songer bientôt à va savoir, muter des chimpanzés ou à s'équiper de robots avec un panneau solaire sur le dos, pour les faire. Car les humains voyez-vous, c'est lent, ca dort, pisse, revendique, fait des enfants ou a de vieux parents et estime devoir leur être loyal en priorité, tombe amoureux, ou malade, bref c'est nul question productivité. Et il paraitrait que les installateurs en solaire thermique low-tech, et que dire des autoconstructeurs !, sont des fossiles qu'ont rien compris à la nouveauté qui innove. Et bien, si on est heureux comme ces jours-là dans ce coin perdu du Tessin, on veut bien passer pour des imbéciles toute la vie et on ira poser des fleurs sur les tombes de tous les idiots utiles accéléburnés du Saint Progrès qui va les 'augmenter' un max... dans la tombe.

Bien sûr cela peut sembler absurde de faire un feu en juin au Tessin par 25-30°C de température ambiante, mais c'est une exigence pour la mise en service. On peut comprendre, vu l'ambiance qu'il crée déjà dans cette pièce aux finitionsnon encore terminée, que les occupants auront de la peine à s'en séparer. Même si du point de vue des besoins, il servira peut-être à peu près à rien, l'installation solaire thermique faisant à peu près tout. Mais il faut un système d'appoint de sécurité, alors autant qu'il soit aussi beau et durable que l'installation solaire.

Il est possible aussi que les premiers hivers les occupants gaspillent un peu de bois juste pour le plaisir de voir le feu :-) On va leur pardonner tant qu'ils ne dépasseront pas leur quota fédéral de bois de feu par personne. Ce qui au vu des simulations, est une affaire pliée.
 460

 465
Lors du premier feu, au début, il faut garder la porte entr'ouverte. Et la fermer après une heure environ. Mais seulement au premier feu ! C'est nécessaire pour tirer l'humidité qui serait restée dans la pierre du foyer.
 470


Copyright © 2018 Sebasol. All rights reserved.