Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Terrain d'Aventure (1004 Lausanne) 6m2 ECS avec radiateur de surchauffe, rénovation. Août 2002.



L'intérêt de cette installation réside dans la petite histoire qui l'entoure. Les absorbeurs solaires sont issu du stock de 90 m2 qui a été réalisé courant printemps 2001 par les élèves du Collège de Béthusy, Lausanne, sous la direction de Sebasol VD et de M. Raymond Vonnez, maître de travaux manuels dans ce collège. Les SI de Lausanne ont financé le projet, qui a servi à former une classe au solaire thermique et aux énergies renouvelables, non seulement via la construction des absorbeurs, mais aussi par le montage d'un module de 3m2 réel, des expériences didactiques etc. Les 90 m2 d'absorbeurs ont ensuite été rachetés par les SI au même prix que s'ils avaient été réalisés par un artisan Solar Support, soit avec prise en compte financière du travail des jeunes. Cette rétribution a permi aux élèves de M. Vonnez de partir en voyage de classe à Florence. Depuis, le stock de 90m2 est racheté aux SI Lausanne au fil des besoins par les installateurs Solar Support romands, et sert à faire des installations solaires chez les privés (cf. les autres installations sous la rubrique artisans de ce site). Une aventure qui a donc mis en contact des élèves, les SI de Lausanne, un collège public, une association et des artisans indépendants et qui montre qu'avec un peu d'imagination on peut faire du solaire autrement, de manière efficace et multifonctionnelle. Et dans ce cas, la boucle est bouclée vu que l'installation solaire du Terrain d'Aventure sert à... d'autres jeunes.

En termes de coûts, cette installation a été réalisée par Sergio Mazzone, pour un montant de 8'600.- TVA comprise incluant le support. Ce coût n'inclus pas le branchement sanitaire du chauffe-eau par un sanitaire externe, que nous estimons à 500.- en l'ignorance, mais qui pourrait être inférieur, ce branchement ayant été effectué en sanipex souple sans la mise en place du chauffe-eau ni la mitigation. Les SI de Lausanne ont en outre fournis les absorbeurs pour une somme de 720.- Cela met donc l'installation à 9'800.- env., soit le m2 installé fini à quelque 1'650.-, et ceci pour une installation qui, si elle n'est pas compliquée, n'est pas toute simple, puisqu'elle inclus un support et une finesse dans l'ajout d'un radiateur de surchauffe.


Fiche technique

Type
Installation solaire ECS avec chauffe-eau électrique d’appoint existant en aval.

Accumulateur
SSH 500 litres à deux registres
Isolation 10 cm mousse, manteau PVC
2x2 Echangeur de chaleur 1' de 1.3 m2 et 2.1 m2
Ouverture pour appoint électrique non utilisée.
Anode de protection magnésium contre la corrosion.
Agréé SSIGE garanti 5 ans.

Régulation/cpt de chaleur
TEM S-3 avec compteur de chaleur incorporé
Débitmètre à impulsion WEM15 RE1 + doigts de gants et sondes

Circulateur
PAW 15-60.

Vase d'expansion
Reflex type N, 35 litres.

Capteurs
K6 Sélectif, test de qualité SPF172, 6 m2
Intégration sur support, ferblanterie périphérique inox.

Circuit solaire
Cuivre DN15
Radiateur de surchauffe sur vanne 3-voies L&G opérée par la régulation
Antigel Motorex Glythermin GP42. Proportion 40% pour –22°C
Isolation coquilles Vetroflex alu 30mm

Circuit ECS
Mitigeur thermostatique.

Production
Simulée Polysun à titre indicatif : 3000 kWh/an pour 200 l/jour à 55°C. Mesurée : mesures en cours. Nota : à titre indicatif car le Terrain d’Aventure est un lieu d’accueil pour enfants. Les besoins sont irréguliers et l’installation ECS est vidangée en hiver.

Coût hors subventions
En valeur brute : env. 9’800.-, connexion ECS, mitigation, licence, TVA et RPLP compris. En valeur d'usage 9’800.- car un boillon électrique existe déjà et l’installation a aussi été construite dans un but pédagogique pour les jeunes du Terrain d’Aventure.

Coût après subventions
Env. 6’400.- en valeur d'usage, avec prise en compte également de la remise d’impôt pour frais d’entretien d’immeuble, selon barêmes de l’ADER (M. Ernest Baderscher).

Coût du kWh utile, cash
Durée de vie 20 ans, simulé : 11 centimes.
Si l'on veut comparer ce coût avec le coût du kWh utile produit par une installation à énergie fossile, il importe de prendre en compte le coût du combustible fossile plus celui de l'installation plus celui des charges annuelles (raccordement, entretient, ramonage etc.) et de savoir en outre que, de manière générale, la durée de vie d'un système fossile actuel est de l'ordre de 15 ans, et non 20 ans ou d'avantage pour un système solaire.

En l’occurrence, le coût du kWh produit solaire est à comparer avec le coût de l’électricité de jour/de nuit de l’ancien boiler électrique installé sur place. Avec une utilisation à 50/50 jour/nuit et un coût de 14/26 cts le kWh, le temps de retour de l’installation pour la production indicative simulée serait de 11 ans environ.
Galerie

A gauche, le début ; les élèves de Béthusy se livrant à une expérience de concentrateur parabolique avec une "tour solaire" en thermosiphon (non visible sur l'image). A droite la (temporaire) fin ; M. Mazzone à côté de son installation au Terrain d'Aventure des enfants de Lausanne.
 0
Vue du champ solaire par derrière. Les lambourdes visibles ne sont pas un bricolage approximatif, mais ont été là afin de pouvoir entourer le champ par des lambris selon la même esthétique que ceux visible en façade du bâtiment dessous
 0
Depuis l'autre côté, le champ solaire n'est pas visible
 0
et il faut grimper sur la toiture pour avoir une vision de face
 0
Détail. Ferblanterie inox
 0
Détail
 0
Détail
 0
Non, ce ne sont pas ces 4 petits plots qui permettront au champ solaire de ne pas s'envoler si Lothar se repointe par là ! La toiture étant végétalisée, l'épaisseur de gravier est importante et sous ces 4 plots, de lourdes traverses stabilisent le tout. Ces traverses sont posées sur du roofmate (cf. le projet solaire de Genève) et recouverte de gravier, ce qui les rends invisibles.
 0
Détail. M. Mazzone a renforcé le cadre par dessous pour rigidifier la ferblanterie. A priori pas nécessaire
 0
Purge
 0
Arrivée et départ des lignes vers le chauffe-eau…
 0
... que coucou voilà. Le chauffe-eau est dans le local de rangement du matériel qui sert aux enfants. A gauche contre la paroi le vase d'expansion du solaire.
 0
Détail du bas. Les lignes solaires isolées en Vétroflex alu 30mm sont cintrées pour épouser la forme de l'accumulateur. On peut voir le débitmètre numérique qui sert au compteur de chaleur et sur sa droite la ligne d'évacuation de la soupape de sécurité qui débouche... sur rien, quelqu'un ayant "emprunté" le bidon de récolte pour l'utiliser ailleurs dans le bâtiment, au risque de devoir panosser un plancher couvert d'eau glycolée en cas d'ouverture de la soupape. On voit que cette personne ignore à quel point le glycol peut être visqueux et difficile à nettoyer... L'objet à gauche ou arrive une ligne isolée Vétroflex et deux tubes noirs est le mitigeur thermostatique. Ces tubes noirs sont les lignes sanipex qui alimentent le chauffe-eau en eau froide (ligne du bas) et reprennent l'eau mitigée (ligne qui part vers la droite entre les deux lignes solaires). Elles ont été posées par un installateur externe et ne sont pas isolées (au moins la ligne de l'eau mitigée mériterait de l'être, par pitié!). L'efficacité énergétique ne semble pas être le souci. Rien de nouveau sous le soleil
 0
Vue du haut. Régulation
 0
Vanne trois-voie vers…
 0
... le radiateur de surchauffe. Hint : il est possible de se passer d'un thermostat externe pour opérer le shift vers ce dernier. Sur la TEM, au lieu de la variante hydraulique 1 simple, choisir la variante 4, une priorité de charge solaire 1 et de ce fait "mentir" à la régulation en lui faisant croire que le radiateur de surchauffe est un accumulateur d'appoint à charger dès qu'une certaine température de consigne est atteinte dans le chauffe-eau. Laisser la sonde TPU chargée de controler la température de cet "accumulateur d'appoint" à la température de la pièce, ce qui fait que la consigne de charge de cet "accumulateur d'appoint", à partir de laquelle le flux serait redirigé vers le chauffe-eau, ne sera jamais atteinte. Cela revient à dire que tant que la température du champ est suffisante et tant que la température n'aura pas baissé dans le chauffe-eau suite à un tirage, le flux restera dirigé vers le radiateur de surchauffe. Cette procédure qui épargne temps et argent vous est fournie gracieusement par le centre régional Sebasol Vaud, pour le plus grand bien de la connaissance libre.
 0


Copyright © 2019 Sebasol. All rights reserved.